Politiques du handicap

Appel à contributions pour dossier thématique
Date de clôture de l’appel : 26 février 2013
Coordinateurs : Pierre-Yves Baudot, Céline Borelle, Anne Revillard

Organisation d’une manifestation de rue par une association de personnes handicapées, droit de vote des majeurs sous tutelle, « parcours du combattant » autour de la scolarisation en « milieu ordinaire » des enfants en situation de handicap, mobilisations autour de l’accessibilité des lieux publics, mesure du « taux d’incapacité » d’une personne, controverses autour du droit à la vie affective et sexuelle des personnes handicapées… Les dimensions politiques du handicap sont aujourd’hui multiples. Saisir le handicap comme une question politique permet de mettre en évidence de nombreux paradoxes, à l’origine de la conception de ce dossier thématique consacré à ce qui politise le handicap, la notion de politique étant entendue dans un sens large : construction et mise en loi d’un problème public, enjeux partisans et électoraux, enjeux de gouvernement, mobilisations associatives…

Envisagé sous l’angle de la mise en loi d’une question médicale et sociale, le handicap frappe au premier abord par sa “sous-politisation”. La dimension conflictuelle du politique laisse en effet la place à une forme de consensus : moral tout d’abord, sur la légitimité des populations concernées à bénéficier d’une compensation socio-économique, et pratique, en termes de modèle de référence (le « modèle social » tendant à remplacer le « modèle médical »), au moins dans les exhortations législatives. Pourtant, ce double consensus mérite d’être questionné. Historiquement, les lois de 1898 sur les accidents du travail et celle de 1919 sur l’emploi des invalides de guerre interrogent les conditions de possibilités d’un regroupement de situations très différentes sous la notion de handicap, catégorie ayant permis la définition d’un problème collectif et légitimant une action publique spécifique. L’institution du handicap comme enjeu public pose également la question des relations entre le champ du handicap et d’autres champs d’action publique connexes tels que ceux de la santé ou encore de l’enfance. Le processus de décloisonnement du handicap mérite par ailleurs d’être étudié. Cette étude pourrait porter sur le mouvement historique de désinstitutionalisation du handicap ayant conduit, dans le dernier quart du XXe siècle, à une progressive inclusion des personnes handicapées dans les institutions « ordinaires » de la société : emploi, école, famille. L’étude du décloisonnement du handicap pourrait aussi porter sur les tentatives d’institution du handicap comme question transversale d’action publique. La façon dont les politiques publiques à destination des personnes handicapées cristallisent les injonctions (activation, responsabilisation, individualisation) portées par les nouvelles politiques sociales mérite également attention. Enfin, l’analyse de cette mise en loi interroge la circulation internationale de la référence à un même modèle politique d’appréhension du handicap.

Envisagée sous l’angle partisan et électoral, la situation française apparaît relativement spécifique, du fait de l’absence de prises en charge partisanes visibles de la question du handicap et du manque d’études portant sur le comportement électoral des personnes handicapées, par contraste avec les travaux anglo-saxons. Pourtant, l’accès à la citoyenneté politique des personnes handicapées est établi dans la loi de 2005, rendant obligatoire la mise en accessibilité de l’opération électorale. Par ailleurs, la loi de 2009 qui permet aux personnes majeures sous tutelle de participer au processus électoral vient questionner les principes classiques de définition de la citoyenneté et la dimension individuelle de l’acte de vote, les personnes handicapées mentales pouvant être accompagnées en amont par des structures associatives.

Envisagée sous l’angle des mobilisations associatives, la question du handicap laisse là encore apparaître une situation ambigüe. Engagées de longue date dans la régulation de ce secteur de politiques publiques, les associations sont invitées à travailler avec les institutions publiques et à gérer les dispositifs (notamment les établissements). Dans une telle configuration, elles sont susceptibles d’éviter une politisation des revendications qui mettrait en péril la stabilité de leurs échanges avec le politique. Ceci n’empêche toutefois pas l’adoption par certaines d’entre elles d’un répertoire d’action plus contestataire, mettant notamment l’accent sur la défense des droits. L’analyse des relations entretenues par les associations avec l’expertise dans le domaine de la santé – la place des associations dans les controverses scientifiques, dans l’usage politique des savoirs ou encore dans la production des connaissances – est également un enjeu majeur de la politisation du handicap, permettant d’étudier une forme particulière de politisation médiée par l’expertise scientifique. L’analyse de l’articulation entre mobilisations collectives d’une part et définition et mise en œuvre des politiques publiques d’autre part est ainsi un des axes qui permettrait d’éclairer l’action associative, contemporaine comme passée.

Envisagée sous l’angle des dispositifs institutionnels, les politiques du handicap peuvent être décrites à partir des rapports que les individus nouent, sur le long terme, avec les institutions, mais aussi des processus de changement affectant les institutions productrices de droit et celles accueillant dans leurs murs les personnes handicapées, ou encore sous l’angle de l’alternative entre traitement institutionnel du handicap et inclusion sociale. Le processus de désinstitutionalisation du handicap précédemment mentionné a induit la création de nouvelles activités d’aide à la personne (auxiliaire de vie scolaire, assistant-e familial-e) dont la professionnalisation demeure inaboutie. Se pose donc la question de comprendre les relations qui se nouent entre ces nouveaux/elles aidant-e-s, les aidant-e-s considéré-e-s comme « naturel-le-s » et les aidant-e-s dont la professionnalisation est davantage assurée. L’analyse de ces relations pourrait être l’occasion de nuancer la distinction de ces différentes catégories d’aidant-e-s selon des clivages tels que celui entre profane et professionnel. Se pose également la question de la mise en œuvre des droits reconnus aux personnes handicapées, notamment (en France) au sein des Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH) et des Commissions des Droits et de l’Autonomie qu’elles hébergent (CDAPH), mais également dans l’ensemble des arènes interstitielles au sein desquelles sont concrètement produits ces droits. Ces différents dispositifs, plus ou moins institutionnalisés, sont autant d’espaces où se déploient des relations de pouvoir, où se distribuent les capacités d’agir et les légitimités des différents acteurs concernés, autant de lieux où se forment les identités sociales et où se gouvernent les subjectivités individuelles.