Entreprises et déviance

Appel à contributions pour dossier thématique
Date de clôture de l’appel : 7 septembre 2012
Coordinatrices : Pauline Barraud de Lagerie, Marie Trespeuch

Scandales financiers, catastrophes sanitaires, désastres écologiques… beaucoup de situations ont donné lieu, ces dernières années, à la mise en cause d’entreprises, de leurs patrons et/ou de certains de leurs employés. L’affaire Kerviel, la crise du Médiator ou encore le scandale des prothèses PIP comptent ainsi parmi les cas les plus médiatiques de mises en accusation récentes d’entreprises. Par ailleurs, sans être portées sur la place publique, bien d’autres pratiques engendrent régulièrement des litiges plus locaux, à l’échelle d’un secteur industriel, d’une société, ou même d’un service (optimisation fiscale, corruption, travail « en perruque »…)

Ce numéro de Terrains & Travaux entend aborder la « déviance d’entreprise » en rendant compte de la pluralité des formes de dénonciation des pratiques des entreprises en tant que personnes morales, comme des pratiques en entreprise (maquillage des comptes, délits d’initiés, arrangements avec les autorités, larcins, dissimulation de fautes professionnelles etc.). Il vise ainsi à rassembler des contributions mettant en lumière les fondements, les formes et les effets de la mise en cause des entreprises en tant qu’institutions économiques et/ou des individus qui constituent les maillons de ces organisations.

En préférant le terme « déviance » à celui de « délinquance », nous souhaitons ouvrir cet appel à des articles qui ne porteront pas seulement sur des actes dénoncés dans le cadre d’une procédure judiciaire, mais aussi sur des comportements stigmatisés à l’aune de normes morales n’ayant pas (encore) de traduction juridique. Les contributions pourront dans ce cadre distinguer les dommages proprement économiques de ceux qui ne le sont pas, et repérer l’importance des arguments économiques dans les discours dénonciateurs. En effet, à la différence des scandales financiers, les crises sanitaires ou environnementales portent certes sur des dommages qui ne sont pas (ou pas principalement) d’ordre économique, mais la mise en cause des entreprises repose néanmoins souvent sur la dénonciation des risques qu’elles ont pris pour satisfaire des velléités de profits. En rassemblant des articles s’appuyant sur de solides approches empiriques (travaux ethnographiques, historiques…) l’ambition de ce numéro sera, à cet égard, de dessiner les contours et les spécificités de la « déviance économique » et de repérer d’éventuelles évolutions temporelles dans ses manifestations.

Depuis la description des pratiques jugées déviantes jusqu’à l’examen des initiatives de régulation, en passant par l’étude des modalités d’action des « entrepreneurs de la dénonciation » et les référentiels normatifs qu’ils mobilisent pour justifier la critique, les contributions pourront donc aborder la thématique de la déviance d’entreprise sous des angles très variés. Ouvert à des travaux portant sur des entreprises de toutes tailles (grandes entreprises – y compris multinationales – PME ou TPE), ce numéro pourra rassembler des articles s’inscrivant, à titre indicatif et non exhaustif, dans les trois axes suivants :

1)La déviance en action : acteurs, motifs et appuis des pratiques jugées déviantes ;
2) La déviance dénoncée : travail de mise en cause des comportements déviants, et litiges (affaires, scandales…) consécutifs ;
3) Les intermédiaires de la déviance : acteurs et instruments venant soutenir ou au contraire entraver les comportements jugés déviants (consultants, contrôleurs…)