Mise en forme des manuscrits

Afin de faciliter l’évaluation et le traitement des textes reçus, merci de vous assurer que toutes les consignes indiquées dans ce document ont été suivies avant de soumettre un manuscrit au Comité de rédaction de terrains & travaux.

1. Mise en forme générale

Format 
Le document doit être enregistré au format Word (.doc) ou RTF (.rtf).
Le texte doit être saisi dans la police Times New Roman, en taille 12, de la manière la plus simple possible, sans mise en pages élaborée.
En particulier, les paragraphes sont en interligne simple, sans retrait, et sans espacement supplémentaire.
Les pages doivent être numérotées.

Titre, auteur(s), résumés, mots-clés, notice biographique
Merci de faire figurer en début du document, sur une page séparée :
– le titre de l’article, en gras. Si le titre comporte un sous-titre, l’indiquer en italiques sous le titre ;
– la liste des auteurs dans l’ordre d’apparition souhaité ;
– un résumé en français (150 mots maximum) suivi des mots-clés en français (5 maximum) ;
– un résumé en anglais (150 mots maximum) suivi des keywords en anglais (5 maximum) ;
– pour chaque auteur, une courte notice biographique, indiquant a minima une adresse électronique, le statut et l’affiliation (pouvant préciser en outre les thèmes principaux de recherche, voire les textes récents).
Le reste du texte pourra alors commencer, après un saut de page.

Titres et sous-titres de parties
L’ensemble du texte ne doit comporter que deux niveaux hiérarchiques au maximum. Autrement dit, il est composé de parties et de sous-parties. Les titres des parties doivent figurer en gras et les titres des sous-parties en italiques. Aucun titre ne doit être numéroté. Merci de privilégier des titres courts.

Mots étrangers
Les mots étrangers seront systématiquement écrits en italiques.

Ponctuation, accents et signes
Les ponctuations propres à chaque langue doivent être utilisées (point-virgule, deux-points, point d’interrogation et point d’exclamation ne sont jamais précédés d’espace en anglais).
Les parenthèses et les crochets ouvrants et fermants sont collés aux mots qui les suivent ou les précèdent, quelle que soit la langue.
Utiliser les guillemets adéquats en fonction de la langue : “example in English” (guillemets ouvrants et fermants anglais, sans espace ni avant ni après) et « exemple en français » (guillemets ouvrants et fermants français, précédés et suivis d’espaces insécables).
En cas de guillemets imbriqués dans un texte en français, utiliser des guillemets anglais au deuxième niveau. Par exemple : « Les guillemets dits “français” sont en forme de chevrons imbriqués. »
En cas de guillemets imbriqués dans un texte en anglais, utiliser des guillemets simples au deuxième niveau. Par exemple : “French quotation marks are called ‘guillemets’ after the French printer Guillaume Le Bé. ”
Les accents doivent systématiquement être mis sur les grandes capitales (À, É, È, Ê, etc).
Sous Word, vous pouvez vérifier en activant la fonction « afficher les caractères non imprimables » (bouton ) que :
– il n’y a bien qu’un espace entre chaque mot ;
– il y a un espace insécable avant les points d’interrogation, d’exclamation, deux-points et points-virgules (en français). L’espace insécable s’insère sous Word en faisant CTRL+SHIFT+ESPACE ;
– il y a un espace insécable entre le nombre et le signe % (100 %), ainsi qu’en séparation des milliers et millions : ex. 10 000, 25 000 000.

2. Figures et tableaux
Les figures (graphiques, images, etc.) seront numérotées en chiffres arabes et les tableaux en chiffres romains. Ils seront indexés dans le texte par rappel de leur numéro (figure 1, tableau I).

Les tableaux doivent être saisis sous Word et intégrés dans le corps du texte, avec les mêmes consignes de mise en forme, sauf éventuellement pour la taille de la police, qui peut être réduite si nécessaire.
Les figures, en niveaux de gris, doivent être enregistrées au format TIFF (600 dpi) et transmises en pièces séparées lors de l’envoi du manuscrit. Merci de vous assurer de leur bonne résolution et lisibilité à l’impression.
Aucune reproduction d’une figure ou tableau déjà publié ne peut être acceptée sans l’autorisation écrite de l’éditeur et des auteurs.

3. Références bibliographiques
Les références citées sont appelées dans le texte entre parenthèses : (Zubrowska, 1958), (Tarama, 1999 ; Else et Vire, 1994). Si des indications de pages sont précisées, utiliser deux points : (Allais, Bernard, Charles, 2013 : 4-10). Il est vivement conseillé d’éviter les mentions loc. cit. ou op. cit., id., ibid., etc.

La liste des références citées dans le texte (et uniquement celles-ci) figure en fin d’article, sous le titre « Références », avec les mêmes consignes de formatage que pour le reste du texte (police, taille, espacement, etc.) Elle est organisée en ordre alphabétique, par noms d’auteurs et par ordre chronologique pour un auteur donné. Si un auteur cité seul figure également comme premier auteur de textes collectifs, l’ordre des textes est le suivant : textes de l’auteur seul classés par ordre chronologique, suivi des textes du même auteur avec des co-auteurs, classés par ordre alphabétique.

Merci de veiller à ce que toutes les références de la bibliographie correspondent à des références citées dans le texte, et vice versa.

Le style et la ponctuation des références doivent se conformer au schéma suivant, illustré à travers des exemples inspirés d’un « article » désopilant de Georges Perec :

Article de revue (indiquer tous les auteurs) :
Else K., Vire A., 1994. Reconfigurations sociales et organisation tomatotopique chez la Cantatrice, Revue française de tomatologie, 27 (3), 37-38.

Article de revue électronique :
Bra A., Dabra K., 2012. Science, magie et technique chez les Tomatous, Revue d’anthropologie de la magie, 12 (3), http://www.ram.org/12/3.

Numéro spécial de revue avec coordinateur :
Vincent J., Milane J., Danzunpre J.-P., Sanvaing-Danlhotte J. (dir.), 1998. Le réflexe hydro-musical, vingt ans après (numéro spécial), Cahier international d’hydromusicologie, 40 (2).

Ouvrage :
Hun O., Deu I., 1960 [1ère ed. 1920]. Syndromes toniques, diatoniques et catatoniques du trac, Paris, Seuil.

Chapitre ou article d’ouvrage collectif avec coordinateur :
Attou J., Ratathou F., 1974. Configuration laminaire du relais thalamo-tomatique. Une étude expérimentale selon les méthodes Fink-Heimer-Gygax, in V. Cointreau, M. Brizard (dir.), L’Hyperthalamus revisité, Cambridge, Boxford University Press, 32-88.

Ouvrage collectif avec coordinateur :
Sornette U., Billevayze H. (dir.), 1925. Les Stomatites tomateuses, Paris, Flammarion.

Rapports, actes de colloque, etc. :
Zubrowska A., 1958. La Dyskinésie oculo-tomatique, Rapport de recherche, Lille.

Thèse, mémoire :
Tarama K., 1999. La Balance acide-base. Thèse pour le doctorat de l’École des Ruines de Paris, Paris.

Site web :
Auteur. Titre de la page d’accueil. Adresse URL : http://www.uneadresse.com (consulté le : JJ/MM/AA).