Produire et réguler les fêtes

Appel à contributions pour dossier thématique

Date de clôture de l’appel : 10 février 2023

Télécharger l’appel au format PDF

La fête est une notion polysémique et aux frontières floues. Champ d’étude historiquement investigué par l’anthropologie, avec un intérêt pour l’excès et la transgression, elle est largement définie comme productrice de ruptures : avec les normes, les temporalités, le quotidien, le travail. La fête, ou plutôt les fêtes, recouvrent aujourd’hui un ensemble vaste allant des pratiques nocturnes urbaines aux grands rassemblements estivaux, en passant par les festivités les plus intimes (dans l’espace familial), voire dans des espaces comme les clubs sportifs ou les entreprises. Relativement peu travaillées par les sciences sociales, les fêtes sont généralement appréhendées au prisme des publics et de leurs pratiques, et en particulier des sociabilités juvéniles et des conduites à risques. À rebours de paniques morales alimentant le mythe d’une jeunesse en perdition, ces travaux dévoilent des processus d’autorégulation chez les fêtard·es et discutent des tensions entre transgressions et autocontrôle. L’omniprésence de ces publics de la fête dans la littérature, quand bien même ils participent à leur production, laisse dans l’ombre le rôle des acteurs et actrices et celui des organisations dans le façonnement et la régulation de ces festivités, sur lequel se focalise cet appel à contributions. 

Souvent moments de liesse, les fêtes sont également appréhendées comme vectrices de problèmes pour les professionnel·les qui les prennent en charge, tout comme pour les pouvoirs publics. Comment embrasser ces logiques variées et potentiellement contradictoires : favoriser l’attractivité tout en préservant la tranquillité publique ; contenir les « débordements » tout en revendiquant l’effervescence ? Si les questions de sécurité et d’ordre public s’imposent avec évidence ici, elles ne doivent pas occulter des réflexions plus originales ou a minima moins investies par la littérature. Celles-ci peuvent concerner les dynamiques professionnelles propres à ces espaces, les conditions de travail, les frontières entre privacité et publicité ou bien encore la construction de l’offre festive. Les fêtes moins institutionnalisées ou moins professionnalisées, tout comme celles en dehors des nuits urbaines, qui ont suscité un moindre intérêt scientifique, pourraient notamment faire l’objet d’éclairages. La fête est donc un objet à prendre au sérieux et ce dossier entend en rendre compte en éclairant les tensions autour de sa production et de sa régulation.

Les propositions d’article reposeront sur des terrains d’enquête originaux, portés par de solides données empiriques. Afin de rendre compte de l’hétérogénéité des phénomènes et des espaces festifs, les travaux issus des sciences sociales dans leur diversité (histoire, économie, anthropologie, sociologie, géographie, etc.) sont encouragés. Les articles soumis pourront s’inscrire, sans que cela ne soit exhaustif, dans l’un de ces trois axes :

Axe 1. Le travail de la fête  

La production des fêtes nécessite l’intervention d’une variété d’amateurs et amatrices et de professionnel·les. Les propositions d’articles pourront aussi porter sur les travailleur·ses de la fête (des portier·ères aux préventeur·rices, des programmateur·rices et gérant·es de lieux aux promoteur·rices de soirées), les spécificités de leur recrutement, la gestion de cette main d’œuvre et les dispositions professionnelles. Les trajectoires professionnelles et sociales de ces travailleur·ses constituent un angle prometteur. Comment dure-t-on dans ces métiers ? Comment s’articulent les temps sociaux chez ces professionnel·les, et en particulier les temps familiaux et de loisir ? Cette réflexion engage à prendre en considération ce que ces mondes de la fête produisent à la fois sur les corps et la santé des travailleur·ses confronté·es à des horaires atypiques ou à l’omniprésence d’alcool et d’autres produits psychotropes. Les relations au travail – notamment les dynamiques de genre – mais également les divisions du travail entre bénévoles et professionnel·les, ou entre client·es et professionnel·les quand ces fêtes prennent place au sein de l’espace familial ou amical trouveraient également toute leur place dans ce dossier.  

La scénographie participe à la construction de modes de communication, de circulation et même d’engagement dans les fêtes. Une attention à l’agencement spatial ou aux dispositifs sociotechniques permettrait d’interroger le travail de production des atmosphères sonores, visuelles, et plus largement sensorielles. Pour ces professionnel·les, l’espace de la fête est aussi un lieu de travail, d’interactions avec les client·es, et produit notamment des normes relationnelles spécifiques. On pourra s’interroger sur la sexualisation de certains de ces espaces par ces dispositifs, ou bien encore sur la manière dont les artefacts techniques tout récemment mis en place lors de la crise sanitaire (pour vérifier les pass sanitaires par exemple) participent à de nouvelles formes d’incertitude ou de division du travail.

L’étude de ces mondes professionnels invite, enfin, à être sensible aux relations de service. Comment se définissent les bon·nes et les mauvais·es fêtard·es, celles et ceux qu’on refuse de servir, à qui on interdit de participer ou de poursuivre une fête ? Ces réflexions font écho aux spécificités des relations de service dans le cadre particulier de la fête où les usages de psychotropes peuvent troubler les interactions.

Axe 2. Un marché des fêtes

L’essor d’un marché des fêtes (festivals, clubs, soirées privées, etc.) conduit à interroger les dynamiques concurrentielles et le travail d’appariement qui traversent la construction de l’offre festive. Autour des festivités s’organisent vente, événements promotionnels et partenariats. Une attention au travail marchand permettrait d’éclairer les processus de construction sociale des publics festifs. On pourra par exemple s’intéresser aux techniques de marketing et de commercialisation ainsi qu’aux dispositifs de captation déployés par les acteur·rices de l’offre pour construire les goûts des consommateur·rices et aux logiques d’exclusion qui en découlent. Les articles pourront aussi documenter le travail d’appariement entre les fêtard·es et des produits. Comment sont notamment rendues possibles la circulation et consommation de « marchandises contestées », à l’instar des drogues ?

Les dispositifs numériques constituent des outils essentiels de communication et de promotion des fêtes. Ils permettent de construire des systèmes de réputation, de cibler et fidéliser des publics, tout en fournissant une variété de prises aux choix des consommateur·trices, qu’il s’agisse de recommandations communautaires ou algorithmiques. Quels usages les acteur·rices des fêtes font-ils de ces dispositifs ? Comment l’espace public numérique favorise-t-il l’émergence de nouveaux acteurs de l’intermédiation marchande, comme les influenceur·ses ou les gestionnaires de communautés en ligne ?

Les dynamiques professionnelles des travailleur·ses de la fête sont mal connues, qu’il s’agisse de leur articulation aux évolutions de ces marchés ou des formes de reconnaissance, de concurrence et de coopération entre les groupes. Comment les transformations de certains secteurs (la croissance du poids des musiques sur scène ou des festivals par exemple) renouvellent l’activité et les frontières de certains groupes professionnels ? L’apparition de segments professionnels aux contours incertains constitue une piste de réflexion pertinente.

L’arrivée de nouveaux acteurs économiques, comme les tour operators dédiés à la fête ou les grands promoteurs d’évènements, est également à même de modifier les logiques de production de la fête. En quoi ces acteurs transforment-ils l’offre festive ? Les propositions pourront aussi analyser les formes de concurrence et de coopération entre acteurs de marché (professionnels du tourisme et de la nuit par exemple) lors d’évènements festifs. Enfin, les mobilisations et coalitions de groupes d’intérêt économiques pour défendre les fêtes, particulièrement saillantes dans le contexte de crise du Covid-19, restent encore à documenter.

Axe 3. Les fêtes et les frontières de l’action publique

Les phénomènes festifs posent la question de la cohabitation de groupes sociaux et engendrent des tensions entre les différents publics qu’ils impliquent : consommateur·rices, professionnel·les de la fête, agents publics ou riverains. Comment certaines pratiques festives deviennent-elles un problème social pour certains groupes d’acteurs et sont inscrites dans l’agenda politique ? Comment sont appréhendées et gérées les tensions entre impératifs d’ordre public voire de santé publique et logiques de développement économique ? Quels types de controverses suscitent ces politiques ? Quels sont leurs effets, par exemple en termes de catégorisation de la jeunesse ou de stigmatisation de groupes sociaux ? Une attention aux luttes de cadrage autour du problème des fêtes ainsi qu’à l’instrumentation de l’action publique sera, dans ce cadre, particulièrement appréciée. La régulation juridique des fêtes demeure également une question centrale. Les travaux pourront explorer les usages, réappropriations et contournements du droit, par les gérant·es de bar ou les policier·ères, tout comme dans des espaces privés. Comment ces différents groupes sociaux définissent-ils, négocient-ils ou s’adaptent-ils aux pratiques festives ?

Ce troisième axe vise également à mettre au cœur de l’analyse les frontières de l’action publique en matière de festivités : celles au sein de l’État, entre les différents pôles de l’administration centrale mais aussi entre services de l’État et collectivités territoriales. On pourra également interroger la participation des acteurs privés dans la définition voire la mise en œuvre de l’action publique, en matière de sécurité des espaces festifs par exemple. Des travaux relatifs au rôle des acteur·rices associatif·ves dans le développement de dispositifs de réduction et de prévention des risques seront également précieux.

Les articles, de 50 000 signes maximum (espaces, notes et bibliographie compris), ainsi que les notes critiques, de 30 000 signes maximum, doivent être accompagnés de 5 mots-clés et d’un résumé de 150 mots (en français et en anglais). Ils devront parvenir aux coordinateur·rices du numéro avant le 10 février 2023 aux adresses suivantes :

Les consignes relatives à la mise en forme des manuscrits sont consultables sur le site de la revue : http://tt.hypotheses.org/consignes-aux-contributeurs/mise-en-forme

terrains & travaux accueille par ailleurs des articles hors dossier thématique (50 000 signes maximum), qui doivent être envoyés à :

Pour plus de détails, merci de consulter le site de la revue : http://tt.hypotheses.org


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.