Archives de catégorie : Actualités

N°32 – Les gouvernements du corps

Le n° 32 [2018/1] de terrains & travaux est coordonné par Marina Honta, Jean-Charles Basson, Milena Jakšić et Olivier Le Noé. Il est constitué d’un dossier thématique consacré aux gouvernements du corps, ainsi que d’un hors-dossier de trois articles.

Ce numéro est disponible en version papier et en version électronique via le portail Cairn.

Sommaire :

Les rémunérations : fabrique, usages et perceptions

Appel à contributions pour dossier thématique
Date de clôture de l’appel : 18 janvier 2019
Télécharger l’appel au format PDF

Depuis une quinzaine d’années, l’accroissement des inégalités de revenus dans les sociétés occidentales est régulièrement dénoncé. Il résulte à la fois d’une forte croissance des revenus du patrimoine des plus riches mais également d’une rapide augmentation des inégalités de salaire. L’attention est notamment portée sur des formes de discriminations salariales qui peuvent être liées à l’engagement syndical ou relever de rapports sociaux de classe, de sexe, de « race ». Parallèlement, les débats sur la gouvernance d’entreprise s’intéressent aux salaires et, plus largement, à toutes les formes de revenus du travail. En 2016, par exemple, l’application du principe Say on Pay de la loi Sapin 2 oblige les patrons du CAC 40 à soumettre au vote des actionnaires le montant de leurs rémunérations lors des assemblées générales. Carlos Ghosn, double PDG de Renault et Nissan, en a fait les frais, le scandale lié à ses rémunérations posant la question de la « responsabilité sociale des entreprises ».

Conjointement, nous assistons en France à une montée de l’individualisation des salaires et à un mouvement de complexification et de diversification des pratiques de rémunération. Au salaire de base, et souvent en complément ou palliatif à l’absence d’augmentation de celui-ci, s’ajoutent des rémunérations variables, collectives ou individuelles, réversibles ou irréversibles. Dans les années 1950, la norme était celle d’un salaire de base fixe et collectif reposant sur les grilles de classification. Les rémunérations étaient alors régulièrement augmentées, sous la double influence de l’ancienneté et des hausses générales de salaires. Depuis les années 1970, on observe en revanche un affaiblissement de la négociation de branche au profit de la négociation d’entreprise, entériné par la dernière réforme du Code du travail. Si la hiérarchie des emplois se négocie au niveau de la branche, c’est au niveau de l’entreprise que se négocie dorénavant le montant réel des salaires.

Sujet central et légitime pour les économistes et les gestionnaires, les rémunérations n’ont longtemps pas constitué un objet de prédilection pour les sociologues. Tandis que les premiers se centrent sur la nature du capital ou sur la motivation liée aux rémunérations, les sociologues se sont intéressés plutôt à la construction des inégalités et aux discriminations salariales. Au croisement de ces différentes disciplines, ce dossier de terrains & travaux, revue de sciences sociales, entend démontrer que l’analyse des évolutions des niveaux, des formes et des régulations des rémunérations est une entrée fructueuse pour étudier les transformations, anciennes et contemporaines, du monde du travail salarié et des entreprises. Reposant sur des données empiriques issues d’enquêtes de terrain, de données statistiques ou archivistiques, les propositions pourront porter sur trois axes principaux de questionnement relatifs à la fabrique des rémunérations, à leurs perceptions et usages managériaux, et enfin aux perceptions et usages qu’en ont les salariés. Les propositions d’articles qui articuleront deux ou trois de ces dimensions sont bienvenues.

1) La fabrique des rémunérations
Comprendre comment se fabriquent concrètement les rémunérations, c’est s’interroger sur les niveaux de régulation et leur articulation, et mettre en évidence les acteurs impliqués dans ce processus, ainsi que les objectifs visés et les moyens mobilisés par chacun. Quel rôle jouent les pouvoirs publics ? En quoi et comment syndicats, organisations patronales et directions des ressources humaines participent-ils à ce processus ? La prise en considération de l’influence des contextes nationaux, européens ou mondialisés sur leur action sera appréciée, de même qu’un.examen de leurs modes de coordination, autour du travail ou du capital. La manière dont les outils de gestion équipent l’aide à la décision en matière de politiques salariales est une piste à explorer, de même que le poids des différentes théories économiques dans la légitimation des dispositifs retenus. Il s’agira d’interroger aussi la place de l’idéologie méritocratique dans la construction des rémunérations, et dans le lien entre leurs montants et l’appréciation sous-jacente de compétences réelles ou supposées, visibles ou invisibles. Ce peut être, par exemple, une façon de comprendre comment les différences de salaires entre les hommes et les femmes se construisent et sont justifiées. Sur ces différents aspects – niveaux, formes, répartition des rémunérations – quels changements peut-on déceler (ou non) grâce à un cadrage socio-historique ? Quelles différences nationales observe-t-on ?

2) Les perceptions et usages managériaux des rémunérations
Dans la lignée de la théorie de l’agence et des incitations, les entreprises ont recours aux rémunérations comme dispositifs de mobilisation de la main-d’œuvre. Le management développe ainsi des politiques de rémunération de plus en plus complexes, dont la mise en œuvre révèle souvent un écart important avec la méthode et l’objectif initialement visés. Il conviendra ainsi de s’interroger sur les usages que fait le management des rémunérations, et sur le sens de ces usages. Quels sont les apports des savoirs gestionnaires sur ces questions ? Comment le management procède-t-il concrètement pour attribuer ces rémunérations et quels outils d’évaluation utilise-t-il ? On pourra s’interroger non seulement sur l’articulation des différentes formes de rémunérations existantes, mais aussi sur la diversité des pratiques observée au sein d’un même service, d’une même entreprise, d’un même secteur ou d’un pays à l’autre. Dans quelle mesure relèvent-elles de mouvements de réappropriation ou de contournement ? Une attention singulière sera portée aux conceptions de la justice qui sous-tendent ces pratiques, de la fabrique à la mise en œuvre de ces dispositifs de rémunération.

3) Les perceptions et les usages des rémunérations par les salariés
Pourquoi considérer ses rémunérations comme justes ou injustes ? L’analyse des perceptions que les salariés ont de leurs rémunérations ou de celles des autres (leurs collègues, leur hiérarchie ou leurs proches) gagnera elle aussi à être rapprochée de l’analyse de leurs usages. Il s’agira de comprendre comment ces perceptions se construisent, en s’attachant à les mettre en relation avec l’origine sociale, la trajectoire socio-professionnelle, le genre, la position dans l’organisation, les réseaux personnels… Par ailleurs, les salariés attribuent-ils le même statut à la part fixe et aux primes ? Du point de vue de la consommation, on peut en effet supposer que toutes les formes de rémunérations (salaire fixe, primes, épargne salariale) n’ont pas les mêmes usages. Il conviendra donc d’analyser les effets de ces perceptions sur le rapport à l’emploi, au travail, à l’entreprise, à la hiérarchie ou aux collègues.

Croisant initialement sociologie du travail et des organisations, sociologie des relations professionnelles et sociologie économique, ce dossier thématique ambitionne de rendre compte également des apports des travaux des économistes, politistes, gestionnaires, anthropologues et historiens, soulignant ainsi l’intérêt de porter un regard pluridisciplinaire sur cet objet. Les dynamiques décrites étant observées internationalement et procédant de logiques transnationales, les terrains investis ne se limiteront pas nécessairement au cas français, mais pourront prendre en considération des contextes étrangers et engager des analyses internationales comparées. La revue accueille également des notes critiques s’inscrivant dans le thème du dossier.

Les articles, de 50 000 signes maximum (espaces, notes et bibliographie compris) et les notes critiques, de 30 000 signes maximum, doivent être accompagnés de 5 mots-clés et d’un résumé de 150 mots (en français et en anglais). Ils devront parvenir sous forme électronique aux coordinatrices du numéro avant le 18 janvier 2019 aux adresses suivantes :

  • Sophie Bernard : sophie.bernard[at]dauphine.fr
  • Élodie Béthoux : elodie.bethoux[at]ens-paris-saclay.fr
  • Élise Penalva : elise.penalva[at]dauphine.fr

Les consignes relatives à la mise en forme des manuscrits sont consultables sur le site de la revue :
http://tt.hypotheses.org/consignes-aux-contributeurs/mise-en-forme

terrains & travaux accueille par ailleurs des articles hors dossier thématique (50 000 signes maximum), qui doivent être envoyés à :

  • Hovig Ter Minassian : hovig.terminassian[at]univ-tours.fr
  • Vinciane Zabban : vinciane.zabban[at]gmail.com

Les socialisations plurielles du travail

Appel à contributions pour dossier thématique
Date de clôture de l’appel : 1er octobre 2018
Télécharger l’appel au format PDF

Mondialisation des échanges marchands, transformations des organisations productives et glissement progressif d’un « État-providence » à celui d’un modèle tourné vers le marché ont entraîné de multiples bouleversements sur la nature et les formes du travail, en France et ailleurs : hausse de l’inactivité, fragmentation du marché du travail et des normes d’emploi, précarisation des conditions de travail, etc. Ces « métamorphoses » ont fait l’objet d’une attention et de réflexions majeures, insistant régulièrement sur les dimensions anomiques de ce processus.

Cet appel à contributions invite à aller au-delà de ces différents examens, en sollicitant de nouvelles analyses sur le travail contemporain, à même de dépasser les frontières et les spécialisations qui isolent la sociologie du travail des autres sociologies, et plus largement des autres sciences humaines (histoire, science politique, géographie, anthropologie ou économie). Nous proposons de penser conjointement d’un côté, la façon dont les individus sont socialisés en-dehors de la sphère professionnelle, à un rapport spécifique au travail, et, de l’autre, les processus de socialisation à des normes, savoir-faire, schèmes de pensée et d’action dans le monde du travail. En partant du constat finalement étonnant que le travail, au terme de près d’un demi-siècle de transformations, continue d’occuper une place névralgique dans nos sociétés post-industrielles, terrains & travaux entend ainsi réinterroger les processus socialisateurs au et par le travail à l’aune de ses bouleversements actuels. On fera alors l’hypothèse que les nouvelles normes d’emploi et du travail conduisent moins à « l’éclatement des identités » qu’elles ne concourent à la porosité et à l’hétérogénéité des différents vecteurs et espaces de socialisation. Les rapports différenciés au travail, et les dispositions dont ils procèdent, sont en effet autant le produit de trajectoires sociales diversifiées, notamment par la fragmentation des parcours professionnels, que celui d’un décloisonnement du travail et du hors-travail – inactivité, réduction et annualisation du temps de travail, pluri-activités, etc.

Trois pistes principales seront privilégiées pour éclairer cette question :

  • Socialisations primaires au travail : La première piste vise à interroger à nouveaux frais les formes de socialisation au travail aujourd’hui. Dans un contexte de renouvellement important des travaux sur la fabrique et les transformations des dispositions, il est crucial d’interroger la construction des rapports différenciés à l’activité, à l’emploi et à la profession : comment, depuis l’enfance, nous prépare-t-on au travail ? À travers l’examen d’archives, de biographies, d’analyses statistiques ou d’études ethnographiques, il s’agirait de réinterroger l’ensemble des institutions qui gouvernent l’incorporation de l’ordre social, de la famille aux loisirs, en passant bien évidemment par l’école. Comment l’école fabrique-t-elle des travailleurs/ses ? Quelle place occupe la famille – au sens large – dans ce processus d’accès au marché du travail et aux mondes professionnels et quelles relations entretient-elle avec l’institution scolaire ? Comment les autres espaces de socialisations enfantines et adolescentes – cantines, récréations, voisinages, associations culturelles, religieuses et sportives, vacances, gardes et/ou soutiens scolaires – participent-ils enfin à ce processus ? Autrement dit, comment les différents vecteurs de la socialisation primaire préparent-ils chaque individu – de l’exécutant au directeur – à entrer dans une/des profession/s et dans les positions sociales qui en sont solidaires ?
  • Travail dégradé, emplois précarisés et socialisations professionnelles : Une deuxième piste consiste à examiner les dynamiques d’intégration professionnelle qui s’éloignent des formes les plus intégrées du travail et de l’emploi. Au-delà du constat d’un morcellement des collectifs de travail, les contributions pourront interroger les différents effets socialisateurs consécutifs à des dimensions plus ou moins fortes de dégradations et d’instabilités professionnelles. Volontiers décrites comme anomiques, les détériorations des conditions de travail – changement d’organisation du travail, intensification, intermittence, etc. – et le développement d’emplois atypiques – des vacataires aux auto-entrepreneurs/ses, en passant par les intérimaires et les indépendant·e·s – concourent-elles à déplacer ou à créer de nouvelles formes de sociabilité ? Quelle place l’apparition de nouveaux outils numériques de travail et de communication occupe-t-elle dans ces reconfigurations ? Quels effets les tiers-lieux, espaces de co-working, cafés, bistrots, mais aussi l’espace domestique, ont-ils sur la socialisation professionnelle, et en particulier sur la circulation des savoirs et des savoir-faire ? Dans ces contextes, les organisations syndicales peuvent jouer un rôle particulièrement formateur, notamment à l’occasion de conflits sociaux, comme ce fut le cas récemment dans les secteurs de l’hôtellerie ou du nettoyage. Il s’agira alors d’examiner la manière dont elles parviennent (ou non) à produire du collectif et à mobiliser des groupes sociaux confrontés à la multiplicité des contraintes d’activité et d’horaires.
  • La socialisation entre travail et hors-travail : Le travail est souvent envisagé par une approche centrée sur l’activité, l’entreprise, le métier ou la branche. Or, loin d’être un univers cloisonné, le monde professionnel se superpose aux univers domestiques, familiaux, scolaires, associatifs, politiques, sportifs ou religieux… On sait par exemple que le travail constitue l’endroit le plus favorable à la formation de relations amicales et matrimoniales, loin devant la famille ou les études. À l’inverse, les premières expériences du travail ou l’accès au marché du travail proviennent souvent de l’entremise d’un parent ou d’un proche. Comment s’imbriquent le travail et le hors-travail dans la production de sociabilités, de représentations et de pratiques ? De quelle manière s’influencent-ils, échangent-ils ou se colonisent-ils ? Car, si le travail est le lieu de réception, de retraduction et d’émission de schèmes de perception et d’action issus du hors-travail, il est également porteur de valeurs qui peuvent transformer ce hors-travail. Le développement de l’activité salariée des femmes depuis les années 1960 conduit ainsi à sortir d’une vision « traditionnaliste » de la famille comme îlot de stabilité tutélaire pour analyser une dynamique plus large, où le travail féminin affecte les évolutions des structures familiales, et notamment des rapports sociaux de sexe et de génération qui les traversent. L’exploration de ce continuum entre travail et hors-travail, de ce qu’il produit et de ce qu’il véhicule qui paraît particulièrement heuristique pour la saisie des socialisations professionnelles contemporaines.

La revue accueille également des notes critiques s’inscrivant dans le thème du dossier.

Les articles, de 50 000 signes maximum (espaces, notes et bibliographie compris) et les notes critiques, de 30 000 signes maximum, doivent être accompagnés de 5 mots-clés et d’un résumé de 150 mots (en français et en anglais), ainsi que d’un titre en anglais. Ils devront parvenir sous forme électronique aux coordinatrices du dossier avant le 1er octobre 2018 aux adresses suivantes :

    • Julie Pagis : julie.pagis[at]cnrs.fr
    • Maxime Quijoux : mquijoux[at]gmail.com

Les consignes relatives à la mise en forme des manuscrits sont consultables sur le site de la revue :
http://tt.hypotheses.org/consignes-aux-contributeurs/mise-en-forme

terrains & travaux accueille par ailleurs des articles hors dossier thématique (50 000 signes maximum), qui doivent être envoyés à :

  • Hovig Ter Minassian : hovig.terminassian[at]univ-tours.fr
  • Vinciane Zabban : vinciane.zabban[at]gmail.com

Pour plus de détails, merci de consulter le site de la revue : http://tt.hypotheses.org

N°31 – Consommer autrement

Le n° 31 [2017/2] de terrains & travaux est coordonné par Jean-Samuel Beuscart, Frédérique Giraud et Marie Trespeuch. Il est constitué d’un dossier thématique consacré aux formes de consommation alternatives,  ainsi que d’un hors-dossier de trois articles.

Ce numéro est disponible en version papier et en version électronique via le portail Cairn.

Sommaire :

Empreintes et emprises de la financiarisation

Appel à contributions pour dossier thématique
Date de clôture de l’appel : 9 février 2018
Télécharger l’appel au format PDF

L’ambition de ce dossier sur la financiarisation est d’étudier ce processus comme un fait social de pénétration par la finance des sphères politiques, économiques, sociales et domestiques, observable à différentes époques et dans différentes cultures.

La financiarisation sera entendue ici comme le processus de préemption par des acteurs financiers des revenus futurs espérés produits par des acteurs économiques et sociaux (entreprises, administrations, prisons, hôpitaux, États…) Les producteurs économiques et sociaux deviennent liés à ces promesses de revenus futurs qui les contraignent à atteindre les objectifs de rendement, à supporter les risques associés et le cas échéant à mettre en œuvre les choix nécessaires à leur réalisation. À l’achèvement du processus de financiarisation, toute activité humaine, économique et sociale devient assimilable à un titre financier résumable à une espérance de rendement et un risque, dont l’achat est subordonné à une revente à court terme source de plus-value. Les activités économiques et sociales sont définitivement détournées de leur fonction première et jugées exclusivement à l’aune de ces représentations financières. Étudier la financiarisation ainsi définie invite à analyser les origines et les ressorts de ce processus, ses modalités de pénétration, et à questionner sa domination.

D’abondants travaux en socio-économie depuis une vingtaine d’années ont documenté l’ampleur du processus actuel de financiarisation, révélant le poids croissant du système financier dans la production et le contrôle des richesses et ses conséquences en termes d’instabilité économique et de creusement des inégalités sociales. Si la pénétration de la financiarisation a été plus particulièrement étudiée au sein du système financier et des entreprises cotées, elle a par contre été moins analysée dans l’espace social, culturel, politique et domestique. Ainsi nous proposons dans ce dossier d’approfondir ses effets dans des domaines comme l’art, la justice, l’éducation, l’urbanisme, l’agriculture, la santé, le sport, etc. Par exemple, l’acquisition de cliniques par des fonds de capital investissement inscrit ces dernières dans un système de valorisation visant la revente ultérieure en escomptant de fortes plus-values. Ce système conduit à une reconfiguration de leurs activités vers les soins ambulatoires plus rentables, reléguant au secteur public les autres types de soins. La flexibilisation et l’intensification du travail, alliées à l’individualisation des rémunérations et l’éclatement des collectifs de travail ont été nécessaires pour atteindre les objectifs de rendements fixés par les investisseurs financiers.

La financiarisation s’incarne également dans la vie personnelle au cours des différentes périodes de la vie (étudiante, professionnelle, retraite) puisque tous les évènements de la vie peuvent faire l’objet d’un contrat financier (prêt étudiant, assurance vie, assurance dépendance, assurance divorce, …)

Nous proposons donc d’analyser les empreintes et les emprises de la financiarisation par l’étude des dispositifs à travers leurs dimensions politique (les visées), rhétorique (l’argumentaire) et matérielle (les instruments). Il s’agira d’interroger les pratiques mais aussi les logiques d’action et de pouvoir de groupes professionnels qui sont à l’initiative de l’introduction, de l’utilisation et du déploiement de logiques financières. Cependant, la visibilité et la lisibilité des dynamiques locales de ces transformations se révèlent parfois difficiles à cerner en raison notamment de la difficulté à décrypter les liens de causalité, la naturalisation des représentations et la diversité des chemins empruntés. Les degrés de transformation peuvent également fluctuer selon les résistances rencontrées, la structure des compromis existants et la capacité des contre-pouvoirs à jouer un rôle.

Nous invitons particulièrement les contributions qui cherchent à articuler les deux dimensions suivantes :

  • Les empreintes laissées par la financiarisation : en dévoilant sa matérialisation dans des contrats juridiques et fiscaux, des modèles de calculs, des discours, des représentations, des règles de rémunération, d’évaluation, mais également dans des formes d’architecture et de plans d’aménagement urbains, des programmes scolaires, etc.
  • L’emprise de la financiarisation : en comprenant les rapports de pouvoir entre groupes professionnels, les formes de résistance ainsi que les phénomènes de domination à l’œuvre qui conduisent à la naturalisation des représentations financières et leur légitimation.

Le processus de financiarisation pourra être étudié tant sur la période contemporaine que sur des périodes plus anciennes. Une attention particulière sera accordée à l’originalité des approches disciplinaires (sociologie, économie, urbanisme, science politique, histoire, droit, gestion…), des terrains et des méthodes (archives historiques, documents, entretiens, observations ethnographiques, questionnaires…)

La revue accueille également des notes critiques s’inscrivant dans le thème du dossier.

Les articles, de 50 000 signes maximum (espaces, notes et bibliographie compris) et les notes critiques, de 30 000 signes maximum, doivent être accompagnés de 5 mots-clés et d’un résumé de 150 mots (en français et en anglais), ainsi que d’un titre en anglais. Ils devront parvenir sous forme électronique aux coordinatrices du dossier avant le 9 février 2018 aux adresses suivantes :

    • Isabelle Chambost : isabelle.chambost[at]lecnam.net
    • Yamina Tadjeddine : yamina.fourneyron[at]univ-lorraine.fr
    • Caroline Vincensini : caroline.vincensini[at]ens-paris-saclay.fr

Les consignes relatives à la mise en forme des manuscrits sont consultables sur le site de la revue :
http://tt.hypotheses.org/consignes-aux-contributeurs/mise-en-forme

terrains & travaux accueille par ailleurs des articles hors dossier thématique (50 000 signes maximum), qui doivent être envoyés à :

  • Hovig Ter Minassian : hovig.terminassian[at]univ-tours.fr
  • Vinciane Zabban : vinciane.zabban[at]gmail.com

Pour plus de détails, merci de consulter le site de la revue : http://tt.hypotheses.org